Hackaton Société Générale - jour 1

Lors de la soirée pré-hackathon, les organisateurs de bemyapp, Pierre, Dorothée, Gwenn ont donné les contraintes aux porteurs de projets. Une idée, Une minute, 1 slide.

Thomas, compagnon de meetup, dotscale et soutient psychologique au travail, et moi même avons chacun notre idée à présenter. La prise de parole en publique devant 200 personnes n’étant pas notre dada, nous rédigeons, corrigons, répètons et chronomètrons nos pitch pendant l’heure de déjeuner du vendredi.

Le hackathon aura lieu à l’école 42, l’école de Xavier Niel, une découverte pour nous.

ECOLE 42

Pour décrire les locaux de 42, j’hésite en parc de loisir et startup de rêve.

Une salle d’attente futuriste, les serveurs informatiques installés derrière une baie vitrée dans l’entrée, salle des ordinateurs, nommée “cluster”, 300 iMac dernier cri, salle de jeu vidéo, babyfoot, distributeur de panini, toilette avec un indicateur de respect des règles d’hygiènes, douches, salle “dodo” isolée, salle de repos, terasse, une salle de conférence … Et… Aucune salle de cours.

L’enseignement est “inversé”, les élèves apprennent chez eux, et viennent échanger, se corriger dans l’école, surprenant !

Pitchs

C’est l’heure des pitchs, Thomas présente le projet “Annuaire des technos” Une sorte de page jaunes interne des équipes, en gros un référentiel de cartes de visites technique et technologique des équipes de dev.

BOUM, Alarme incendie (meme l’alarme est classe à 42, une voix vous parle et vous explique ce qui se passe) tout le monde sors, 30 minutes de pause, puis revient, mais plus de projecteur disponible, plus aucune sonorisation, les pitchs s’enchaînent…

A mon tour avec le projet “minutes” Un gestionnaire des comptes rendus de réunion, intégré aux messagerie electroniques, permettant de collaborer lors la préparation, la rédaction et le traitement de la réunion.

Les pitchs sans projecteur, c’est 50% de message en moins, Les pitchs sans microphone, c’est 50% de communication en moins, dommage.

Constitution des équipes

Je dois, avec chacun de mes camarades porteurs d’idée, rechercher une équipe, vendre mon projet, et convaincre les personnes de travailler 40h non stop sur mon projet.

J’ai convaincu 3 personnes, malheureusement aucune d’entres elles n’est developpeur, snif j’abandonne mon projet.

Avec le recul, je pense :

  • avoir mal vendu mon projet; le compte rendu de réunion n’est pas forcement très sexy.
  • m’être trompé d’objectif, j’ai orienté mon pitch pour convaincre le jury que mon idée était la meilleure, alors que ce sont les developpeurs de la salle que j’aurai du aller cibler.
  • le nom de mon projet n’était pas écrit sur mon panneau, j’étais donc non identifiable, contrairement aux 24 autres idées.

Thomas a réussie a trouver 5 personnes, dont 4 élèves de l’école 42.

installation des équipes

Les équipes sont invitées à rejoindre le cluster (une salle pleine à craquer de iMac) et choisir leur camp de base pour les 2 prochaines journées.

Je rejoins l’équipe autour de l’idée de Thomas, mon projet hackathon sera “Annuaire des technos”.

Une discussion trés technique plonge l’équipe sur le choix des technologies qu’il faudrait mettre en oeuvre, ça parle DRUPAL, Angular, flux d’activité, réseau social…

J’ai le sentiment que l’on va trop vite, mais je ne l’exprime pas et je n’interviens pas dans le débat, ça me semble prématuré.

Il est 23h00, chacun d’entre nous à prévu de rentrer chez lui ce soir, JB le vétéran DRUPAL a la bonne idée de collecter les adresses email de chacun.

Avec le recul:

  • je pense avoir bien fait de ne pas etre intervenu dans la discussion, dernier tout juste arrivé dans l’équipe qui n’est pas encore un groupe, le marathon commence demain.

  • on a fait le bon choix de rentrer chez nous, car les 2 journées qui suivront seront intenses et épuisantes.

Bonsoir et à demain en forme

Joseph A. Bondy

Joseph A. Bondy is a criminal defense and cannabis business attorney in Manhattan. A graduate of Columbia University and Brooklyn Law School, Mr. Bondy is admitted to practice in New York, the United States District Courts for the Northern, Southern, Eastern and Western Districts of New York, the District of Connecticut, the United States Courts of Appeal for the First, Second, Third, and Fourth Circuits, and the Supreme Court of the United States. Over the past twenty-four years, he has represented more than one thousand individuals at all stages of litigation, including dozens of federal and state cannabis clients.

1776 Broadway Suite 2000 NewYork, NY 10019 /